Ville de Beaune

Joseph BARD

Né à Beaune le 14 juillet 1803, fils de Jean-Baptiste Joseph Bard, médecin en chef de l’Hôtel-Dieu, et d’Agnès Gilotte, originaire de Nuits-Saint-Georges, Joseph Bard suit ses études à Beaune, Autun et Amiens. Il épouse Louise Vaudrey dans les années 1840.

En 1834, alors qu’il vit à Paris et fréquente les salons de la capitale, il est nommé inspecteur des Monuments Historiques par Prosper Mérimée pour les départements de l’Ain, du Rhône et de l’Isère.

Joseph Bard ne reçoit pas de distinction française mais est fait chevalier de l’ordre d’Isabelle la Catholique en 1829, chevalier de la couronne du Chêne des Pays-Bas en 1850 et reçoit l’ordre pontifical de Saint-Sylvestre en 1853.
Joseph Bard publie un nombre considérable d’ouvrages et d’articles qu’il signe « Chevalier Joseph Bard, de la Côte d’Or ». Ses écrits permettent, au-delà de leur aspect littéraire et documentaire, d’observer la façon dont il perçoit le monde qui l’entoure, les bouleversements politiques et religieux du XIXe siècle. Il est considéré comme un original, hostile au progrès industriel et notamment au chemin de fer, se disant de la race des bardes (d’où sa devise ex stirpe bardorum). Mais il ne manque ni d’esprit, ni d’imagination et alimente régulièrement la presse locale de ses articles. Il dénonce régulièrement le progrès et le changement qui marquent son époque et témoigne ainsi de la façon dont une partie de la société traverse ce « siècle de fer ».

Archéologue, littérateur, associé à la plupart des académies de France et d’Italie, il voyage beaucoup et ses écrits sont des plus variés. Il s’adonne même à la poésie. Mais il se consacre surtout à l’étude de l’archéologie religieuse dans trois ouvrages faisant référence à son époque : le Guide Général d’Archéologie Sacrée burgondo-lyonnaise, la Statistique générale des Basiliques et du Culte dans la Ville de Lyon et les Derniers Mélanges d’Histoire et d’Archéologie sacrée.

Sur le plan local, il produit des monographies savantes sur le beffroi de Beaune, sur la collégiale Notre-Dame, l’Hôtel-Dieu et sur Nuits-Saint-Georges. Provincialiste, il s’oppose au centralisme parisien dans ses œuvres et prône la diversité des provinces françaises et leurs particularismes. Le conservatisme social caractérise également Joseph Bard qui décrit et collecte les expressions et mythes populaires et recueille les légendes bourguignonnes.
Il décède à Beaune le 21 octobre 1861.

Charles Aubertin, son ami, parlait de lui en ces termes : « M. Joseph Bard est le type de l’esprit de conservation et il a pour les innovations une véritable horreur, à moins qu’elles ne soient un progrès bien certain et bien évidemment riche en résultats utiles. Il est, par excellence, l’homme de la tradition, de l’habitude, de la règle et du devoir. »

MAIRIE DE BEAUNE
beaune@mairie-beaune.fr
  • Standard Hôtel de Ville :
    03 80 24 56 78
  • 8 rue de l’Hôtel de Ville
    BP 30191
    21205 BEAUNE Cedex
Mairie de Beaune