Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Culture et loisirs > Archives > Trésors d’archives > Vivre à Beaune

Article

Avec tambour et trompettes

La musique dans l’espace public à travers les archives municipales de BEAUNE
JPEG - 31.9 ko
Dès la préhistoire, un instrument rudimentaire en bois ou en corne sert à la chasse et à impressionner les tribus rivales. C’est un moyen pour amplifier la voix.
L’Antiquité élabore la trompette en métal munie d’un pavillon, de sonorité plus forte et plus éclatante. Le son très puissant de la trompette inspire la terreur et elle sert en temps de guerre, aussi bien à impressionner l’ennemi qu’à transmettre des ordres. Elle sert également lors des cérémonies religieuses.
Durant tout le moyen-âge et l’époque moderne, la trompette et le tambour tiennent une place importante au sein des régiments, notamment lors des batailles où les deux instruments transmettent les ordres selon un code précis.
Ils sont également au service des cours princières et des villes où ils rehaussent l’éclat des cérémonies publiques.
1er juillet 1373 : Cession à la Ville du droit de corne précédemment légué au Chapitre par la Demoiselle Demonquois.
Archives Municipales de BEAUNE, carton 53 n° 27
14 octobre 1429 : transaction par laquelle le chapitre de la collégiale Notre-Dame et la Mairie sont d’accord pour que le chapitre cède perpétuellement à la Mairie le droit de corne qu’il possédait dans la ville, et pour faire chanter et célébrer une grande messe en musique pour la conservation des fruits des terres et finage de la ville.
Archives Municipales de BEAUNE, carton 53 n° 26
Lettres patentes de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, en date du 13 février 1458, données à Bruxelles, sur la requête de la mairie, par lesquelles il lui permet d’employer pour faire les publications ducales et municipales une trompe au lieu d’un cor en cuivre, parce que c’est plus honorable.
Archives Municipales de BEAUNE, carton 53 n° 29

Durant toute la période moderne, de la Renaissance à la fin de l’Ancien Régime, la musique est utilisée pour donner de la munificence aux fêtes publiques :
1549 : Compte des dépenses faites par la ville de Beaune lors de la venue du Roi Henri II, montant à 470 livres 17 sols 6 deniers employés comme il suit. « Achat de deux tabourins pour mener la fête et de six peaux d’advourtons pour les couvrir, salaire des musiciens. Construction d’échaffaux et fontaines devant l’hôtel de ville et rue du Bourgneuf, peinture des armoiries de la Reine, sablement des rues, préparation et armement du fort, feux d’artifice, écriteaux dans les rues …
Archives Municipales de BEAUNE, carton 2 n° 12
1601 : Mandat délivré par le maire, de la somme de 30 sous aux musiciens qui ont joué à la messe solennelle célébrée annuellement à Notre Dame le jour de la fête de St Abdon.
Archives Municipales de BEAUNE, Carton 27 n° 3bis
Lettre de M. d’Amanzé du 12 février 1667 par laquelle il annonce la naissance de Madame (fille de Louis XIV) et ordonne de chanter le Te Deum.
Archives Municipales de BEAUNE, Carton 2 n° 25
Le 13 juin 1748 jour de la Fête-Dieu : revue de la garde bourgeoise. Cent cinquante hommes en tête de la procession défilent de l’hôtel de Ville à la collégiale avec timbales, tambours, fifres et trompettes.
Archives Municipales de BEAUNE, Henry Clémencet, II° Livre de Poèmes
1763, fin de la Guerre de Sept Ans : le 10 juillet, la paix est annoncée par Berbizotte, greffier de la mairie, à cheval, sur toutes les places et carrefours, avec les magistrats, les sergents de quartier et la musique.
Archives Municipales de BEAUNE, Henry Clémencet, II° Livre de Poèmes
Lettre du Roi au Comte de Guiche par laquelle il lui annonce la paix et ordonne de faire chanter le Te Deum, 3 juin 1763
Archives Municipales de BEAUNE, Carton 2 n° 29
Le 1er mai 1821 est donnée une fête à l’occasion du baptême du duc de Bordeaux (« l’enfant du miracle », héritier du titre de roi de France). Suivant les instructions ministérielles, l’événement est proclamé avec pompe : Balafré, tambour major, ouvre le cortège, suivi des musiciens du haut-bruit
Archives Municipales de BEAUNE, Henry Clémencet, III° Livre de Poèmes
Crédit photo : Archives municipales de Beaune

Rechercher sur ce site :
{Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional