Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Culture et loisirs > Archives > Trésors d’archives > Edifices et monuments

Article

DE L’HOTEL DE MONTILLE A LA SOUS-PREFECTURE


Crédit photo : Archives municipales de Beaune
L’hôtel particulier qui abrite aujourd’hui la sous-préfecture date de la fin du XVIIe siècle ou du début du XVIIIe siècle. Pierre Brunet, baron de Chailly et Cercey, est souvent désigné comme étant le commanditaire de ce bâtiment.
En 1737, un projet de vente à la municipalité est étudié afin de loger le gouverneur de Beaune. Trop onéreux, ce projet est annulé en 1739 car la commune obtient le droit de verser une somme annuelle au gouverneur en attendant de lui construire un logement. Cette même année, la propriété est vendue à Jacques Pelletier de Clery qui la transmet à son fils François en 1759. La famille Pelletier de Clery est l’instigatrice des travaux de rénovation et on lui attribue la construction de l’escalier monumental.
L’hôtel est cédé à Marie Brunet, épouse Bizouard de Montille, et à sa sœur Françoise-Elisabeth en 1773. Par contrat de mariage, François Bizouard de Montille, fils de Marie, devient le propriétaire de ce que l’on appelle désormais l’hôtel de Montille.
La sous-préfecture, après avoir occupé l’hôtel de Malte rue des Tonneliers et l’ancienne cure Saint-Pierre (actuelle place Carnot), s’installe en tant que locataire dans l’hôtel de Montille en 1815. En 1828, la Ville de Beaune et le Département décident d’acquérir cet immeuble qui appartient alors à Elizabeth Bizouard de Montille et son époux Hubert Vergnette de la Motte, puis devient la propriété unique du Département en 1840.
Le sous-préfet émet quelques plaintes au sujet de l’état des locaux et de ses dimensions trop exigües. Ainsi, en 1863, les propriétaires voisins Jules Nicolas Seurre et son épouse Jeanne Troussard sont expropriés afin d’agrandir la sous-préfecture. Un nouveau corps de bâtiment est construit à l’ouest en 1864 et l’hôtel est réaménagé. Le logis du gardien est détruit en 1902, donnant au bâtiment son aspect actuel.
En 1975, deux projets sont étudiés par la préfecture et la municipalité : l’aménagement et l’extension de l’actuelle sous-préfecture par l’acquisition de deux immeubles contigüs, dont la teinturerie Salin, situés au nord de la cour d’honneur ou la construction d’une nouvelle sous-préfecture et d’un commissariat dans le quartier Saint-Jacques. Le conseil municipal est favorable à la première solution proposée, également retenue par le Conseil Général. En effet, le terrain sur lequel est prévue la construction du commissariat n’est pas assez grand pour accueillir la sous-préfecture. En 1976, les immeubles concernés par l’extension du bâtiment administratif sont déclarés d’utilité publique. Les travaux d’aménagement s’achèvent en 1979.
Le 26 octobre 1994, un incendie se déclare dans les combles et endommage sérieusement le bâtiment central : le toit et deux cheminées sont détruits, causant d’importants dégâts au premier étage. Les travaux de remise en état, qui se poursuivent de 1995 à 1997, révèlent un décor peint datant de la construction du bâtiment entre les fenêtres du salon du premier étage.

Rechercher sur ce site :
{Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional