Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Culture et loisirs > Musées et expositions > Musées : événements et actualités > Expositions > Expositions passées

Article

2014 - Michel Gaudillère, la gravure comme aventure

Le musée du Vin de Bourgogne à Beaune accueille l’artiste beaunois Michel Gaudillère du 1er octobre au 30 novembre 2014. L’exposition offre un florilège de gravures issues de différentes techniques, qui viennent ponctuer le parcours du musée. Au fil des salles, les visiteurs découvrent le monde abstrait et lyrique du graveur.
JPEG - 84.1 ko
Michel Gaudillère, Sans-titre
L’artiste
Né en 1932 à Chalon-sur-Saône, Michel Gaudillère se passionne très tôt pour le dessin, la peinture et la gravure. Sa famille s’installe à Beaune en 1945, où il suit des cours à l’Ecole des Arts Appliqués durant son adolescence. Après avoir assisté son père ébéniste dans les années d’après-guerre, il entame une carrière de décorateur d’intérieur. Le succès se confirme avec la création de magasins. Au terme d’un parcours professionnel bien rempli, la retraite sonne en 1992. C’est le moment qu’il choisit pour expérimenter les possibilités d’un art qui se révèle progressivement à lui. Sa curiosité et son envie d’apprendre n’ont cessé de guider son itinéraire et ses choix. Les idées et les projets n’ont jamais quitté Michel Gaudillère, qui aujourd’hui encore, font de lui un jeune homme de 82 ans. Son épouse, Michèle, n’est pas non plus étrangère à l’épanouissement de l’artiste. Elle est un véritable soutien au quotidien.
Vers l’abstraction…
Après des débuts figuratifs, l’artiste « se prend au jeu de l’abstraction », comme il aime à le dire lui-même. De nombreuses rencontres s’avèrent décisives au cours de ses recherches artistiques. L’influence la plus déterminante est sans doute celle du peintre et philosophe thaïlandais Lek Nakarat, qui bouleverse ses préoccupations esthétiques. Son imagination se libère et conduit aux expériences stylistiques.
Comme pour tant d’autres créateurs, la route est longue pour trouver son identité artistique. Grâce à un enrichissement basé sur de nombreuses découvertes, de visites d’expositions et de musées, de lectures aussi, il trouve la voie d’une expression individuelle. L’espace abstrait s’équilibre et se structure grâce aux formes et à la densité de la matière qui se confondent.
C’est bien d’une aventure dont il s’agit pour l’artiste, qui se surprend jour après jour à dévoiler la dimension de sa sensibilité pour l’art abstrait.
L’expérience de la gravure
Après une longue phase d’observation et de tâtonnement, il accepte une des particularités de la gravure : sa maîtrise non absolue. Il consent à se laisser guider par les hasards de la création. Un constat s’impose : l’émergence d’un langage plastique qui lui est propre.
Les travaux récents de Michel Gaudillère montrent qu’à travers des procédés très divers - eaux-fortes, aquatinte, utilisation de plaques d’offset, de lino, de zinc ou de cuivre - il affirme un univers de plus en plus poétique.
L’artiste exploite le papier et les empreintes en les conjuguant sur tous les modes. Une seule façon pour lui de se réapproprier le résultat : les ajouts. Il s’attache à expliquer : « J’utilise l’aléatoire, l’enrichissant ça et là de touches de peinture ou de pigment, de collages de papier de soie et d’autres ajouts créatifs qui font que, de chaque tirage issu de ma presse, sort un modèle différent, une pièce unique, un tableau de facture très contemporaine ». L’estampe imprimée, il s’engage ensuite à modifier la plaque originelle afin d’expérimenter de nouvelles créations : les variations.
Ainsi, ce qui anime Michel Gaudillère, ce sont les possibilités infinies que lui procure son art ; cette matrice transformable qui apporte tant de liberté d’exécution, ainsi qu’une multitude d’effets.
L’exposition
Cette présentation des œuvres de Michel Gaudillère au musée du Vin de Bourgogne a pour ambition de donner à voir les orientations d’un graveur autodidacte, qui navigue entre les multiples techniques de gravure.
La salle principale d’exposition, située au rez-de-chaussée, montre un ensemble de gravures retraçant le chemin de l’artiste vers l’abstraction. Les œuvres sont souvent sombres, même si quelques-unes dévoilent des "explosions" de couleurs. Depuis quelques années, l’artiste jongle avec le dessin, les superpositions et les collages. Ces derniers travaux démontrent l’aisance avec laquelle Michel Gaudillère s’aventure dans les jeux de la création.
Au premier étage, deux vitrines de la salle des Arts bachiques accueillent des œuvres plus figuratives, témoignages des premiers essais de gravure. Certains paysages sont ponctués de symboles "surréalistes", annonçant déjà la voie abstraite. Deux autres œuvres accrochées révèlent des mouvements créés par un geste ample sur la plaque d’encrage.
La salle des Ambassadeurs qui expose les tapisseries de Michel Tourlière, accueille l’hommage que Michel Gaudillère rend à cette grande figure ayant participé à la rénovation de la tapisserie française au XXe siècle. Suite à leur rencontre, le graveur réalise quatre œuvres, dont deux sont présentées ici. Elles portent sur les réflexions menées autour des réalisations emblématiques de cet autre artiste beaunois qu’est Michel Tourlière. Quelques travaux préliminaires sont également placés dans les vitrines.
L’essentiel des gravures exposées provient de l’atelier de Michel Gaudillère. Deux d’entre elles ont été récemment acquises par la Ville de Beaune, fière de saluer cet artiste singulier qui expose son travail depuis 1998.
Michel Gaudillère est un graveur résolument contemporain. Son enthousiasme à faire visiter son atelier et à partager son art témoigne également de ses qualités humaines. Et surtout, son œil rieur reflète sa générosité naturelle.
Laissons-nous surprendre par ces œuvres délibérément sans titre. L’artiste se plaît à ne rien imposer et à ouvrir les portes de l’imaginaire du spectateur. Son seul désir : offrir à chacun une expérience artistique libre et riche en émotions.
Place à l’aventure !

Autour de l’exposition

▪ Le jeudi 2 octobre à 18h30
Inauguration
▪ Le mercredi 22 octobre de 9h à 12h
Atelier de gravure pour jeune public à l’école des Beaux-arts de Beaune, suivi d’une visite de l’exposition au musée. En présence de l’artiste et de Pierre-Eric Despinasse, professeur à l’école des Beaux-arts.
Places limitées à 10 enfants entre 8 et 11 ans. Sur réservation au 03.80.24.56.92.
▪ Le vendredi 24 octobre de 14h à 17h
Atelier de gravure pour adultes à l’école des Beaux-arts de Beaune, suivi d’une visite de l’exposition au musée. En présence de l’artiste.
Places limitées à 12 adultes. Sur réservation au 03.80.24.56.92. Droit d’entrée au musée : 3,70 €.
▪ Le samedi 25 octobre à 15h
Présentation/conférence par Michel Gaudillère et lecture d’un texte d’Henri Michaux par Pierre Demossier, artiste.
Ouvert tous les jours de 11h à 18h. Fermé lundi et mardi.
Plein tarif : 5,70 €. Tarif réduit : 3,70 €. Gratuit pour les moins de 11 ans.
PDF - 432.4 ko
Communiqué de presse Expo Michel Gaudillère

Rechercher sur ce site :
{Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional