Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Beaune au quotidien > Infos pratiques > Déchets ménagers > En savoir plus

Article

Visite d’une verrerie

I. LA VERRERIE :
1. Présentation de l’usine BSN :
La verrerie BSN de La Bégude (07) a été créée en 1885 et emploi aujourd’hui 151 personnes. Le verre récupéré par le tri des ménages est passé de 850 000 T en 1992 à 1 750 000 T en 2003, pour un gisement de verre de 3 400 000 T. Le calcin provient de la collecte sélective, dont le taux de récupération est supérieur en apport volontaire (80%) par rapport au porte à porte (20%).
2. La production :
La production de bouteille en verre est faite dans un seul four, suivi de 3 machines. La production annuelle est d’environ 139 000 T soit près de 300 millions de bouteilles et 280 000 palettes avec un ratio de 95,8 %, c’est à dire que pour 1T de verre fondu, on fabrique 958 kg de bouteilles.
Sur l’ensemble des usines européennes appartenant au groupe BSN, le site de La Bégude est classé premier car il a la meilleure rentabilité.
3. Les marchés :
L’usine produit essentiellement des bouteilles destinées au marché du vin à 85 %, le reste est produit pour l’apéritif et la bière (15%).
4. La fabrication :
Une bouteille en verre se compose de 60 à 70% de calcin et 30 à 40% de matière première, le taux de calcin augmente suivant sa qualité. Les matières premières rentrant dans la composition d’une bouteille sont : 75% de sable, 10% de soude, 10% de calcaire et 5% d’albumine (stabilisant).
Ensuite deux types de fabrication peuvent être utilisées : soufflé/soufflé ou pressé/soufflé. Dans le premier cas, la préforme est soufflée avant de passer dans le moule qui lui donnera sa forme définitive. Dans le deuxième cas, la préforme est pressée par un piston, avant d’être soufflée.
5. Certification :
L’usine est certifiée ISO 9001 avec comme objectif : réduire la production de déchets, les émissions de gaz à effet de serre et les rejets d’eau souillée. Pour cela, ils ont mis en place une station d’épuration, qui traite les eaux issues de la fabrication (refroidissement) ainsi que les eaux de nettoyage et les eaux pluviales récupérées dans les zones à risque.
De plus, les consommations d’eau ont été largement diminuées suite à la mise en place d’un circuit de recyclage.
Les économies d’énergie lors de l’utilisation de calcin sont d’environ 10%. De plus, les bouteilles sont aujourd’hui plus légères, par exemple, sur une bouteille de bière, l’allégement est de 5,4%. Son poids est passé de 185g à 175g soit une économie de 2 650 palettes par an soit 110 camions de moins sur les routes.
6. Problème lors de la fabrication :
Le plus gros problème lors de la fabrication est du à la porcelaine et au vitrocéramique, qui, retrouvés dans le four peuvent le bloquer. Le verre des collectivités qui arrive au centre de traitement en morceaux trop fins est difficilement triable. La verrerie qui est l’utilisateur final, est tributaire du tri fait par les habitants.
C’est pourquoi, il faut faire attention à certaines consignes :
-  positionner les conteneurs sur des sols stabilisés,
-  mettre des poubelles pour chaque conteneurs,
-  ne pas piler le verre avec le conteneur lors de la collecte,
-  avoir une aire de stockage propre et fermée sur 3 côtés, équipée si possible avec des rails, afin de prolonger la durée de vie du sol bétonnée,
-  lors du chargement, utiliser des machines et des bennes propres.
Des excédents de production sont prévus pour 2005 car aujourd’hui les demandes en verre blanc augmentent, contrairement au verre de couleur. Certaines collectivités ont mis en place le tri du verre par couleur, mais cela n’est pas concluant. La solution est donc que la séparation du verre blanc et du verre de couleur se fasse dans les centres de traitement ce qui représente un surcoût de 40 €/T. Cela implique une baisse du prix de reprise, mais c’est un moindre coût comparé à la mise en place d’un tri du verre par couleur.
II. LE CENTRE DE TRAITEMENT :
Le verre des collectivités arrive au centre de traitement, c’est en quelque sorte un centre de tri. Le verre est tout d’abord contrôlé visuellement dans son ensemble. Ensuite, il est acheminé par des tapis roulants. Deux agents étalent le verre sur le tapis et retirent les gros refus (journaux, cartons, ...), puis le verre est broyé uniformément, les morceaux ne devant pas dépasser 4 cm. Vient ensuite, l’aspiration, tout ce qui est léger est aspiré, les bouchons en liège ou en plastique, etc, ...
Ensuite le verre passe sous un aimant, pour retirer les métaux ferreux, puis c’est le courant de Foucault qui va retirer les métaux non-ferreux.
Enfin, le verre subit un dernier tri, un laser scanne les éléments produits.
Lorsqu’ils sont opaques, il ne s’agit pas de verre. La machine envoie donc simultanément, un jet d’air qui rejette les morceaux non conformes.
Vous trouverez ci-dessous le cycle du recyclage du verre :

Rechercher sur ce site :
{Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional