Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Culture et loisirs > Musées et expositions > Musées : événements et actualités > Musée du Vin de Bourgogne

Article

L’histoire du musée et ses collections

L’HISTOIRE DU MUSEE

Une demeure historique

Tout d’abord installé au beffroi en 1938, le musée du Vin de Bourgogne bénéficie d’un nouvel et magnifique écrin pour abriter ses collections en 1946, l’hôtel des ducs de Bourgogne. Bien que l’installation des salles ne soit pas encore achevée, l’inauguration a lieu en 1949.
JPEG - 90.6 ko
Musée du Vin de Bourgogne, ancien hôtel des ducs de Bourgogne
© Musées de Beaune
Les bâtiments de l’actuel musée occupent la partie sud-est de l’ancien castrum de Beaune. Sous les ducs Valois, cet hôtel sert de résidence au châtelain de Beaune, officier ducal, et accueille occasionnellement le duc. Il devient le Logis du Roi à partir de 1478. En 1919, la Ville de Beaune en devient propriétaire et l’édifice est classé en 1924 aux Monuments Historiques.
Musée du Vin de Bourgogne, ancien Hôtel des ducs de Bourgogne © Musées de Beaune
La cour principale est bordée sur trois côtés par des bâtiments d’un étage. Du côté occidental, un corps de logis présente une longue façade du XVe siècle partagée en deux par une tour d’escalier octogonale en pierre. À gauche, le premier étage montre sur la cour un colombage formé de trois rangées de croisillons. À droite de la tour, les pièces de l’étage s’ouvrent sur une galerie en bois. Le bâtiment du côté de la rue Paradis présente une façade Renaissance allégée par de larges baies à meneaux surmontées d’arcs en accolade.

Un musée de société

Le XXe siècle voit surgir un nouveau modèle d’établissement muséal qui place le public au centre de ses préoccupations au moyen d’une muséographie moderne, pédagogique et didactique des objets. A ce titre, la richesse des collections du musée du Vin de Bourgogne et sa muséographie présentent un intérêt fondamental en terme de muséologie ethnographique.
Le musée appartient en effet à la catégorie des musées de société dont la vocation est la présentation et la valorisation d’un ensemble de biens culturels (matériels et immatériels) représentatifs d’une société et d’un territoire ainsi que des modes de vie qui s’y sont succédés. Il s’agit de poser un regard culturel sur la façon de vivre d’une population à travers les objets autrefois utilisés quotidiennement. Ces derniers sont les témoins directs d’une manière de vivre et de savoir-faire liés à la Bourgogne viticole.
Le programme scientifique et culturel du musée est né de la collaboration complice de deux personnages emblématiques, Georges-Henri Rivière et André Lagrange.
JPEG - 142.4 ko
André Lagrange (à droite) et Georges-Henri Rivière (au centre) dans les années 1950
© Archives municipales de Beaune
Georges-Henri Rivière (1897–1985), conservateur du MNATP (Musée National des Arts et Traditions Populaires devenu le MuCEM, à Marseille), à Paris, et muséographe de notoriété internationale ayant participé à la fondation de nombreux musées dont le musée de Bretagne à Rennes, le musée de Camargue à Arles ou encore le musée de la Fondation Gulbenkian à Lisbonne, s’investit dans les années 1945-1960 à Beaune pour la création et le développement du musée du Vin de Bourgogne.
Il choisit de mettre en avant la viticulture des époques pré-phylloxériques, avant les années 1880-1890, et avant la modernisation des travaux de la vigne et du vin dans la mesure où la crise du phylloxera a eu un retentissement considérable dans le monde viticole. Il s’agit d’une époque charnière. En effet, viticulteurs et scientifiques se sont d’abord trouvés complètement désarmés face aux désastres occasionnés par l’insecte et durent repenser toute la façon dont était cultivée la vigne depuis des siècles.
Ce musée devient ainsi l’un des premiers musées d’ethnographie en région et correspond à cette volonté, forte dans la première moitié du XXe siècle, d’identifier et de « patrimonialiser » les cultures régionales populaires et les procédés de fabrication artisanaux et agricoles, alors en pleine mutation (mécanisation, exode rural…).
Rivière met en œuvre une muséographie révolutionnaire pour l’époque. La prise en compte du contexte ethnographique est essentielle : l’objet est toujours lié à un discours et replacé dans son environnement, avec un grand souci de restitution des gestes et des postures. La neutralité du matériel muséographique, offrant clarté et pédagogie, est l’autre axe fondamental de cette présentation mise en scène au moyen de techniques novatrices pour l’époque : cartels explicatifs et panneaux de médiation (graphiques, cartes et photos) viennent documenter l’objet.
JPEG - 81 ko
André Lagrange (au centre) et Georges-Henri Rivière (à droite) recueillent le témoignage d’un vieux vigneron dans les années 1950
© Archives municipales de Beaune
Pour la définition des fondements scientifiques, Rivière travaille avec André Lagrange (1909-1959), agrégé de lettres et ethnologue passionné par les communautés rurales bourguignonnes. Ce dernier mène une longue série de campagnes ethnographiques. Visitant plus de 600 communes viticoles, il associe enquêtes ethnographiques et collectes d’outils qui constituent la base des collections et du travail documentaire du musée.
Encore aujourd’hui, l’approche muséographique reste inspirée par Georges-Henri Rivière qui, avec ce musée parmi d’autres, inaugure son travail muséographique sur la société française traditionnelle. A ce titre, le musée reste l’un des derniers témoignages qui subsistent de la muséographie de Rivière.

LES COLLECTIONS

Diverses approches, ethnologique, historique ou encore artistique sont présentes à travers de vastes thématiques : travaux du vigneron, du négociant et du tonnelier, communautés vigneronnes, traditions régionales liées au vin, organisation et réglementation de la production…
Une part importante des collections a été constituée par des dépôts (environ 650 objets) du Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP), à Paris, suite aux collectes menées au début des années 1940 par André Lagrange.

Salle d’histoire

Cette salle est consacrée à la culture de la vigne et du vin durant l’Antiquité et le Moyen Age. Développée par les Grecs et les Romains, puis implantée par les Celtes et les peuples de l’Europe Occidentale, la vigne est cultivée en Bourgogne dès les premiers siècles après notre ère. Des céramiques notamment un magnifique pélikè (vase grec servant à la conservation et la consommation du vin) et des sculptures célèbrent Dionysos (Bacchus chez les Romains), dieu du vin. Quelques amphores et un fragment de mausolée bachique de cette période sont également présentés dans cette salle.
JPEG - 92 ko
Salle d’histoire
© Musées de Beaune
La viticulture bourguignonne rencontre consécration et expansion à l’époque médiévale grâce aux communautés religieuses notamment de Cluny et Cîteaux, puis aux ducs de Bourgogne. Une vierge au raisin datant du XVIe siècle rappelle le rôle joué par la religion dans la diffusion du vin à cette époque.

Salle des conditions naturelles

Cet espace présente les principales conditions naturelles d’implantation de la vigne en Bourgogne. Le terroir bourguignon est né de la rencontre entre des cépages, un ensemble d’éléments naturels – météo, exposition et orientation des vignes, sol – et le savoir-faire des hommes présentés à travers une maquette interactive représentant la Côte de Beaune.
JPEG - 94.8 ko
Salle des conditions naturelles
© Musées de Beaune
Un intérêt particulier est également porté à la notion de Climats du vignoble de Bourgogne, inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015. Le musée s’est engagé à promouvoir ce patrimoine exceptionnel lié à la culture de la vigne en Bourgogne et ce modèle de viticulture de terroir qui rayonne dans le monde entier né du mariage du génie de la nature et du génie des hommes.

Salle des travaux de la vigne

Cette salle révèle les différentes étapes du travail de la vigne en Bourgogne. Les travaux s’ordonnent en deux phases successives (sommeil de la vigne / de l’éveil de la vigne à la maturation du raisin) qui se déroulent suivant le cycle végétatif de la plante et les changements météorologiques des saisons. Les outils exposés datent pour la plupart d’avant 1890, époque où les travaux sont encore exécutés à la seule force physique des hommes.
JPEG - 42.9 ko
Salle des travaux de la vigne
© Musées de Beaune
D’un point de vue historique, le tableau Vue du climat des Vérottes de Félix-Jules Naigeon situe la scène en pleine crise phylloxérique, suivie par de grands changements dans les pratiques culturales : les vignes plantées en foule et maintenues par des échalas que l’on voit dispersés sur la parcelle, disparaissent peu à peu pour laisser place au palissage. Une projection de photographies contemporaines de Thierry Gaudillère actualise le discours en montrant la mécanisation du travail à l’ère de la motorisation, qui a grandement facilité les gestes de vignerons. Un film de présentation des Climats du vignoble de Bourgogne est également diffusé dans cette salle.

Salle des travaux du vin

Cette salle dévoile les étapes fondamentales de la fabrication du vin qui sont les mêmes depuis de nombreux siècles. Les objets présentés concernent la période pré-phylloxérique et rendent compte des travaux de vendanges, de foulage, de pressurage, d’élevage et de mise en bouteille. Une vitrine évoque cette dernière étape, dont un mâche-bouchon en forme de crocodile qui servait à compresser les bouchons manuellement.
JPEG - 94.9 ko
Salle des travaux du vin
© Musées de Beaune
Une vitrine de bouteilles de vins prestigieux datant du XIXe siècle et provenant des grandes maisons de vin beaunoises évoque la conservation du vin en cave. Également, grâce au soutien de l’Union des Producteurs et Elaborateurs de Crémants de Bourgogne, un espace est dédié à ces vins effervescents avec la projection d’un film inédit.

Salle de la Tonnellerie

Récemment réorganisé et rénové grâce au soutien du Syndicat des Maîtres Tonneliers de Bourgogne et Régions Associées, cet espace s’attache à honorer la mémoire d’un métier hérité d’une longue tradition en révélant les étapes de fabrication d’un tonneau notamment à travers une projection du court-métrage de Georges Rouquier réalisé en 1942 : Le Tonnelier.
JPEG - 94 ko
Salle de la tonnellerie
© Musées de Beaune
Aujourd’hui, ce savoir-faire historique s’est en partie modernisé mais est resté principalement artisanal et fait la réputation mondiale de la tonnellerie française. Une grande mosaïque de photographies complète la présentation des éléments exposés. D’autres objets, tels que des cannes ou encore des écharpes de Compagnon du Devoir sont présentés.

Salle des traditions populaires

Cette salle offre un discours complet et illustré sur la dimension culturelle du vin et sa place essentielle dans le quotidien des communautés vigneronnes et dans les traditions bourguignonnes. Les coutumes régionales découlent à la fois du travail du vigneron et de son environnement. Le vin est perçu comme le marqueur identitaire de la Bourgogne et est présent dans toutes les célébrations et festivités : dans les rites de passage, liens entre vins et croyances religieuses, naissance d’un folklore vineux dans les années 1920-1930… Coupes de mariage, timbales, tastevins, verres des dernières Fêtes de la Saint-Vincent Tournante ou encore statue de saints protecteurs sont les témoins de ces grands événements.
JPEG - 93.6 ko
Salle des traditions populaires
© Musées de Beaune

Salle de l’intérieur du vigneron

Cette reconstitution est conçue pour faciliter l’immersion du visiteur. Elle lui permet de saisir le plus fidèlement possible le contenu d’un intérieur de vigneron dans les années 1870. On y retrouve de nombreux objets et meubles de la vie quotidienne de cette époque comme la maie pour la conservation de la farine, le bahut pour le rangement du linge ou encore l’horloge comtoise.

Espace des arômes

Cet espace totalement dédié aux arômes et aux principes de la dégustation s’attache à rendre la visite plus sensorielle. Le dispositif réalisé par By InfoSaveurs est constitué de fûts qui invitent le public à pénétrer dans l’univers aromatique des vins de Bourgogne, et à faire une expérience olfactive originale. La diversité et la richesse des vins blancs et des vins rouges s’expriment à travers trois types d’arômes : primaires (issus du cépage et du terroir), secondaires (issus de la vinification) et tertiaires (issus de l’élevage).
Espace des arômes

Salle du négoce

Cette salle, qui traite de l’histoire du commerce des vins de Bourgogne du XVIIIe siècle à aujourd’hui et de ses acteurs, aborde divers thèmes : reconnaissance, classification et dénomination des crus et climats, réglementation et naissance des appellations d’origine contrôlée.
Cet espace s’attache à révéler de nombreux documents en lien avec cette réglementation naissante notamment des livres de compte de grandes maisons de vin beaunoises datant du XVIIIe siècle, ainsi que des cartes représentant le découpage cadastral de certains climats parmi les plus prestigieux.
JPEG - 40.4 ko
Salle du négoce
© Musées de Beaune
Une magnifique enseigne de marchand de vin datant du XVIIIe siècle, une vitrine d’étiquettes montrant l’évolution de la règlementation viticole ainsi que des documents et photographies relatifs à la célèbre vente des Hospices de Beaune se déroulant le 3e weekend de novembre sont également exposés.

Salle des arts bachiques

Les vitrines de cette salle dévoilent une riche collection de verres à boire, de bouteilles de vin mais également une magnifique fontaine bachique en faïence datant du XVIIIe siècle. L’évolution de la forme des bouteilles de vin au fil du temps est évoquée par plusieurs formes de bouteilles : d’une bouteille à l’allure bulbeuse à une bouteille qui s’allonge progressivement pour permettre un meilleur stockage. Des partitions de « chansons vineuses » et des menus témoignent des changements de goûts et de modes de consommation du vin.
JPEG - 71.3 ko
Salle des arts bachiques
© Musées de Beaune

Salle de l’Ambassade des vins de France

Le parcours des collections s’achève par un superbe et rare ensemble de tapisseries contemporaines de Michel Tourlière et la tapisserie monumentale Le Vin de Jean Lurçat réalisée spécialement pour cet espace.
JPEG - 68.9 ko
Salle des ambassadeurs
© Musées de Beaune
Une nouvelle vitrine sur le thème Le cinéma et le vin a fait son apparition et une autre révèle des cartons de tapisseries de Tourlière. (vitrine évolutive)

Cuverie dans la cour

Cet espace abrite une importante collection de pressoirs datés du XVIe au XIXe siècles. Celui se trouvant au fond de la cuverie est un modèle typiquement bourguignon inventé au XVIIe siècle. Des panneaux publicitaires viticoles, autrefois installés aux entrées des villages ont été collectés par le musée du Vin de Bourgogne grâce à la générosité des ODG (syndicats viticoles) et sont aujourd’hui exposés dans cet espace. On peut également y admirer un ancien canon paragrêle utilisé pour protéger la vigne des intempéries.
Pressoir dans la cuverie du musée du Vin de Bourgogne © Musées de Beaune
JPEG - 117.3 ko
Pressoir dans la cuverie du musée
© Musées de Beaune

Rechercher sur ce site :
{Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional