Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Culture et loisirs > Musées et expositions > Musées : événements et actualités > Expositions > Expositions passées > 2006 - Les Trésors des Cathédrales d’Europe. Liège à Beaune

Article

Qu’est ce qu’un trésor ?

« Trésor » est un mot qui fascine depuis toujours.

|center
JPEG - 87.8 ko
buste de St Lambert
réalisé par Hans von Reutlingen avant 1512 - Trésor de Liège
Dès les origines du christianisme et sa reconnaissance officielle en 313, les empereurs romains tels Constantin ou Justinien s’attachent à entretenir les édifices religieux et à les doter en objets nécessaires au culte. Par la suite, souverains, abbés, évêques, ecclésiastiques comme laïcs enrichissent les trésors d’églises, d’abbayes ou de cathédrales.
Intimement lié à la notion de sacré, le trésor d’église prend un essor phénoménal au Moyen-âge. Vers l’an mil, l’Europe se couvre d’ « un blanc manteau d’églises » et se développe en parallèle le culte des saints qui attire des milliers de pèlerins dans les églises où sont conservées des reliques de saints personnages. Les églises se constituent un patrimoine d’objets cultuels et de reliques, qui stimule les pèlerinages.
Dans une société imprégnée de l’idée de la mort, la finalité originelle des dons faits à une église est la quête du salut éternel. L’existence du trésor repose ainsi sur une forme d’échange : du matériel (les dons) contre du spirituel (le salut de l’âme).
Une identification forte entre le Trésor et la ville où il est conservé apparait et se manifeste lors d’événements officiels telle la fête du saint ; chaque cité veut avoir les saints les plus prestigieux. Aujourd’hui encore, beaucoup de villes sont couramment associées à des saints : Denis à saint Denis, Philibert à Tournus, Lambert à Liège, Martin à Tours...
L’étude des trésors permet d’ailleurs d’observer la popularité des saints suivant les époques et les lieux.
L’existence du trésor tient aussi fondamentalement à son utilité ; le christianisme nécessite des objets pour la célébration du culte (calice, ciboire, vêtements liturgiques, patène, encensoirs...) et pour décorer l’édifice (tapisseries, antependium..).
Le trésor procède ainsi d’une liturgie du pouvoir et permet à l’Eglise d’affirmer sa puissance tant spirituelle que temporelle.
Les évêques et abbés ont un rôle important dans l’enrichissement des trésors, ils favorisent le mécénat et font rimer les dons avec assurance du salut de l’âme. Angilbert à Milan au 9e siècle, Suger à saint Denis et Wibald à Stavelot-Malmedy au 12e siècle en sont les meilleurs exemples.
Cette mise en exergue des trésors de cathédrales européennes permet aussi de rappeler que la renommée de ces derniers au Moyen-âge était fortement associée à leur caractère mystérieux et secret, caractère encouragé par les moines et prélats afin d’attiser la curiosité des fidèles. La description des miracles survenus grâce à l’intercession du saint concourt aussi à ce phénomène.
Les trésors peuvent enfin servir de capital monnayable en cas de crise économique ; on thésaurise or, argent et pierres précieuses. Car il est essentiel de rappeler que le trésor se doit d’être paré de matières riches et nobles. Les Trésors stimulent par la même la production des arts précieux.
L’étude des trésors européens révèle par ailleurs l’extrême diversité de leur composition ; objets exotiques, armes, curiosités variées ne sont pas rares au sein des trésors d’Eglise.

Rechercher sur ce site :
{Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional